Image parallaxe header: 

En ce moment à Paris

L'Hôtel Bourgogne & Montana vous livre ici les 1001 choses à faire dans Paris en ce moment !

28 mars 2018

Kupka, les sens de l'abstraction

Le Grand Palais dévoile une rétrospective exceptionnelle qui retrace le parcours du peintre Františka Kupca. De ses débuts marqués par le symbolisme à son évolution progressive jusqu’à l’abstraction, dont il sera l’un des pionniers, on découvre la vie de l’artiste à travers des centaines d’œuvres. Le Grand Palais expose 300 peintures, dessins, gravures, livres et documents qui redonnent vie à l’artiste et dévoilent sa personnalité engagée et singulière.
Kupca a effectué un incroyable travail tout au long de sa vie sur le mouvement et la lumière. Ainsi, l’exposition nous entraîne à la découverte de son chemin artistique et intellectuel en nous plongeant dans un univers riche en couleurs, formes et mouvement. 

D’abord symboliste puis fauve, l’artiste fracture le réel pour rejoindre le mouvement abstrait au début du XXe siècle aux côtés de Kandinsky, Mondrian, Delaunay, Picabia ou encore Léger !
Mais, le nom de Kupka est souvent oublié à tort derrière celui de Mondrian ou de Kandinsky. C’est pourtant bel et bien celui qui exposera le premier tableau d’art abstrait en France. Au Salon d’Automne de 1912, l’artiste fait sa révolution et offre au regard des visiteurs parisiens les deux premières toiles de ce style.
L’artiste théorisera même l’usage des couleurs et ainsi, l’agencement des formes de ses toiles. Le bleu, couleur froide, irait avec des formes plutôt rectilignes, tandis que les rouges et orangés chauds s’épanouiraient dans des formes plus souples et arrondies. Maître de la couleur et de l’abstraction donc, mais pas seulement. Kupka a su évoluer du Symbolisme à l’Expressionnisme, du Réalisme à l’Abstraction, en passant même par le dessin de presse.
Loin d’être un indécis, Kupka est un artiste étonnant et polymorphe, qui innove pour ne jamais s’ennuyer. Ses œuvres sont à l’image de leur créateur : éclectiques et visionnaires. La réalité ne l’intéresse pas, il lui préfère la couleur : « rendre le fade éclatant », changer la réalité pour se l’approprier. Plus les années passent, plus ses sujets se floutent, sans pour autant entièrement disparaitre.
Avec cette rétrospective de 300 œuvres majeures, le Grand Palais redonne magnifiquement sa place au père oublié de l’Abstraction.

 

Où : Grand Palais – 3 Avenue Général Eisenhower – 75008 Paris

Quand : 21 Mars / 31 Juillet 2018

Combien : Tarif Réduit 10€ / Plein Tarif 14€